Des données synonymes de valeur

Télérelevé des compteurs, numérisation, infrastructure de relève automatique des compteurs

En utilisant les valeurs calculées chaque heure par ses compteurs intelligents en vue d’optimiser ses opérations et ses activités, le chauffage urbain de Næstved est parvenu à réduire de 10 degrés la température d’acheminement, de 5 degrés la température retour, et de 8 % les pertes dans les canalisations. L’entreprise de service public compte même obtenir à l’avenir des résultats encore meilleurs, et ce alors que son analyse de rentabilisation initiale n’incluait pas la valeur des données.

Le chauffage urbain de Næstved fut l’un des premiers au Danemark à proposer un système de comptage avec relevés à distance. Le système était toutefois instable, sujet à erreurs, et les données étaient utilisées uniquement à des fins de facturation. « Nous passions tout notre temps à faire fonctionner le système plutôt qu’à utiliser les données pour optimiser celui-ci », explique Jens Andersen, PDG du chauffage urbain de Næstved. En 2014, confrontée au remplacement d’une grande partie de ses compteurs, l’entreprise a procédé à un calcul des coûts sur une période de 12 ans pour voir s’il valait mieux poursuivre avec les compteurs actuels ou investir dans de nouvelles technologies et remplacer le parc de compteurs au complet. « L’analyse de rentabilisation était clairement en faveur d’une coupure nette. » 

Un argument commercial solide

Le choix de Kamstrup comme fournisseur s’explique pour plusieurs raisons. « La solution proposée par Kamstrup offrait le TCO le plus faible sur une période de 12 ans, ce qui correspond à la durée de vie de la batterie, et incluait la revérification des compteurs. Kamstrup était le partenaire idéal pour continuer à développer notre solution », explique Arne Ulstrup, gestionnaire client et responsable du parc de compteurs. Le premier nouveau compteur fut installé en août 2015, et le dernier un peu moins de 10 mois plus tard. Il s’agissait d’un choix délibéré devant permettre à l’entreprise de concrétiser au plus vite son analyse de rentabilité, laquelle ne tenait pas compte à l’origine des avantages offerts par une optimisation orientée données, ainsi que l’explique Jens Andersen :

« L’analyse de rentabilité était basée uniquement sur l’entretien du matériel et de l’infrastructure. Nous n’avions pas pris en considération les gains qu’implique l’utilisation de nos données. » Une valeur des données que l’entreprise a eu bien du mal à chiffrer. « Tout ce que nous pouvions quantifier en termes d’argent, c’était le matériel et tout le temps consacré à corriger les erreurs. » L’entreprise ne doutait toutefois pas qu’une plus grande fréquence des données permettrait une meilleure utilisation de ses ressources : « Notre leitmotiv est : des données précises en temps et en heure. Sans cela, nous ne sommes pas en mesure de prendre les bonnes décisions. »

Agir sur les données donne des résultats

Le responsable chaudière du bâtiment

Le chauffage urbain de Næstved a également profité de l’installation de ses nouveaux compteurs pour lancer un programme permettant à ses clients de louer un appareil de chauffage urbain, service compris. Cela nécessitait une modification des compétences du service client. « Nous avons alors pu consacrer notre temps à d’autres choses et nous sommes soudain rapprochés de nos clients. Cela a entraîné à la fois un renouvellement des compétences et l’affectation de ressources supplémentaires », explique Jens Andersen.

L’entreprise possède actuellement 2 000 installations et ambitionne de posséder d’ici 10 ans toutes les installations du réseau. Arne Ulstrup est d’avis que 75 % des installations de l’infrastructure précédente valaient la peine d’être optimisées. Il n’y avait toutefois aucune demande en ce sens. « Si nous pouvons nous servir des données pour cibler les clients ayant les performances de refroidissement les plus faibles du réseau de distribution, nous serons plus efficaces, ce qui n’est pas uniquement avantageux pour nous, mais aussi pour nos clients et la ville de Næstved. »

Aujourd'hui, 2½ employés se consacrent exclusivement à l’optimisation énergétique des installations de chauffage urbain des clients individuels, sur base d’une fiche journalière indiquant le taux de charge. « Nos voitures parcourent la ville en permanence, que ce soit pour peaufiner, procéder à des ajustements, guider nos clients dans les choix qui s’offrent à eux, ou encore leur faire connaître notre programme de location. Nous prenons ainsi nos responsabilités et devenons de facto le responsable chaudière du bâtiment. » D’après Jens Andersen, cet effort se traduit de trois manières : « Le client évite la tarification incitative et nous réduisons les pertes dans nos canalisations. Mais le principal avantage, c’est l’augmentation considérable de la capacité au sein du réseau de distribution. En d’autres termes, nous pouvons accueillir un plus grand nombre de clients sans avoir à accroître nos conduites principales. » 

Et ce n’est qu’un début

La plus grande fréquence des données de compteurs a permis au chauffage urbain de Næstved d’obtenir des résultats clairs. « Nous avons non seulement abaissé la température retour de 5 degrés, mais aussi la température d’acheminement jusqu’à 10 degrés, et ce pendant une bonne partie de l’année. Nous avons donc déjà réduit de 8 % les pertes dans nos canalisations, et ambitionnons d’atteindre les 10 %. Sans parler du fait que beaucoup de nos clients ont économisé jusqu’à 10 % sur leur facture de chauffage », explique Jens Andersen.

Les économies réalisées grâce à l’optimisation des opérations ont également eu un impact énorme sur l’entreprise de service public. « Aujourd’hui, aucun de nos clients ne reçoit plus de 75 degrés. Nous utilisons donc beaucoup moins de mètres cubes d’eau. Ces 10 % de pertes en moins dans les canalisations représentent à eux seuls un coût annuel de 1 million DKK, et ce sans même toucher aux actifs souterrains. Tout cela se fait automatiquement en réduisant la température. Et nous sommes loin d’en avoir fini. » Outre les 10 points de comptage de température dont elle dispose dans le réseau de distribution, l’entreprise procède actuellement à l’intégration de 50 compteurs prioritaires capables de transmettre des données toutes les 96 secondes. Son système SRO lui permet de garantir une gestion encore meilleure de la température et du débit au sein du réseau de distribution, et d’accroître l’efficacité énergétique.

Grâce à ces économies d’énergie, l’entreprise prévoit en outre d’économiser un montant de 1 à 1,5 million DKK. « Nous n’avons pas encore effectué les calculs finaux, mais sur la base des résultats dont nous disposons à l’heure actuelle, l’analyse de rentabilité est encore meilleure que ce à quoi nous nous attendions. » 

« Aujourd'hui, nous examinons les données des compteurs, et si nous comparons des canalisations de 50 ans et des canalisations ayant 20 ans de moins, nous ne constatons aucune augmentation des pertes de chaleur. Nous avons ainsi été en mesure de repousser le remplacement prévu d’un grand nombre de canalisations de service. De cette façon, nous sommes en mesure d’affecter nos ressources là où elles font réellement la différence. »

Jens Andersen, PDG du chauffage urbain de Næstved

Faire chaque jour mieux qu’hier

Les efforts consentis pour s’assurer que les clients obtiennent exactement la température dont ils ont besoin rompt avec le sacrosaint principe selon lequel mieux vaut prévenir que guérir. « Nous savons que la fiabilité d’approvisionnement est la chose la plus importante pour 90 % de nos clients. Nous devons le respecter. Mais nous devons également essayer de faire chaque jour les choses un peu mieux qu’hier », explique Jens Andersen.

Une égale ambition sous-tend l’entretien du réseau de distribution du service public, lequel s’effectuait auparavant principalement en fonction de la vétusté des installations. « Aujourd'hui, nous examinons les données de nos compteurs, et si nous comparons les branchements de service qui ont 30 ans et ceux qui en ont 50, ces derniers n’entraînent pas plus de pertes de chaleur. Cela nous a permis de repousser le remplacement de plusieurs branchements de service et d’affecter ces ressources ailleurs. » Les données issues des compteurs intelligents ont également permis à l’entreprise de réduire le nombre de dérivations au sein du réseau, passant de 131 à 10.

« Nous ne vendons pas du chauffage urbain »

À une époque où les pompes à chaleur individuelles font leur entrée dans nombre de maisons privées, le chauffage urbain de Næstved ne montre pas de signes d'inquiétude. L’entreprise s’active plutôt à rectifier la réputation d’invisibilité du chauffage urbain. « Nous n'avons pas eu de raccordement obligatoire depuis 8 ans. Et si nous vendons du chauffage urbain dans de nouveaux quartiers, c’est parce que nous fournissons une solution complète qui comprend la location et l’entretien des appareils. » Selon Jens Andersen, tout se résume au profil de risque choisi. « Nous devons avoir le courage d'engager un dialogue direct avec nos clients. Ceux-ci peuvent en effet décider à tout moment de liquider leur installation. C’est un risque à prendre. Mais ne rien faire est aussi un risque. Nous devons respecter des normes de fiabilité d’approvisionnement. Mais si nous voulons rester compétitifs, nous devons également offrir d’autres services. Nous ne vendons pas du chauffage urbain. Nous vendons du confort et de la commodité. »

À propos du chauffage urbain de Næstved

Longueur du réseau
Le chauffage urbain de Næstved gère et maintient un réseau de distribution composé de quelque 150 km de canalisations.

Compteurs
5 200 compteurs intelligents dans le réseau fournissant des données 365 jours par an et permettant à l’entreprise d’optimiser.

Solutions
Compteurs de chauffage avec relevé en réseau READy M-Bus sans fil garantissant un approvisionnement fréquent en données de compteurs intelligents

Vous pourriez également être intéressé par…